Jean-Luc Gosset (Astronome)

Jean-Luc josset

 


Vivrons-nous un jour sur Mars?

 

Astronome de formation, Jean-Luc Josset est une sommité dans le domaine de la Conquête Spatiale. Directeur de "Space-X", à Neuchâtel (Space Exploration Institute), cet homme, dont la renommée est internationale, conçoit les caméras qui filment les images de l'Espace. Un élément essentiel pour l'avancement des connaissances dans ce domaine. Invité dans le monde entier, lauréat d'un prix à l'International Lunar Conference en 2004, il fait, à 47 ans,  figure de référence dans le monde spatial. Chaleureux et passionné par son métier, Jean-Luc Josset fait partager son savoir avec enthousiasme. Et explique que, très probablement, un jour viendra où les hommes créeront une colonie sur Mars.

 

-       Français, vous avez choisi de rester en Europe, alors que vous êtes très courtisé par les grandes puissances étrangères? Pourquoi?

 

Je suis resté en Europe pour l'Espace… J'ai toujours été passionné par les origines de la Vie. Je travaille à l'Agence Spatiale Européenne, à Neuchâtel. J'étais un peu déçu par l'industrie spatiale qui était très avancée en matière de satellites de communication, mais qui ne l'était pas pour le matériel d'exploration. J'ai souhaité venir en Suisse où il existe une technologie remarquable, notamment en ce qui concerne l'horlogerie, de pace-maker. Je suis arrivé en 1992, et j'ai eu envie de développer des instruments, dont des caméras miniaturisées. Il faut un esprit d'équipe et de coopération énorme pour arriver à réaliser ce genre de travail. C'est ce qui me touche le plus. Penser que des pièces sont fabriquées un peu partout dans le monde et vont ensemble dans l'Espace.

 

-       Ces caméras sont celles utilisées lors des missions spatiales, comme la mission Rosetta. L'une d'elles tourne donc actuellement dans l'Espace?

 

Oui. En 2004, la sonde Rosetta a été lancée par l'une des fusées Ariane. Elle doit suivre pendant 10 ans une comète de 1,2 km, s'y poser et s'y maintenir. Elle atteindra cette comète appelée Churyumov-Gerasimenko en août 2014. Lorsqu'elle se posera, nous allumerons la caméra pendant cinq minutes. Imaginez le coût d'une telle mission. L'Europe y a participé à raison d'un milliard d'euros. L'enjeu est énorme. Nous effectuons des études, des tests et des évaluations depuis 1992 sur nos caméras. La première développée faisait 55 grammes, en 1995. La première est partie avec la mission Smart-1, sur la Lune. Notre objectif était d'établir une cartographie du Pôle Sud de la lune.

 

- Une question revient souvent parmi le public. À quoi sert d'étudier l'Espace?

L'Espace est une formidable source de connaissances sur les origines de la vie sur Terre. Certaines planètes ont la même apparence que notre terre il y a deux milliards d'années. Regardez la lune: vous avez là notre mémoire de ce qui s'est passé sur notre planète. Elle est composée des mêmes matériaux que la Terre.

 

-       Au cours de son voyage, Rosetta s'approchera à environ 200 km de Mars. Une planète qui a également été filmée et qui intéresse vivement les astronomes…

C'est vrai. En 2003, une mission européenne vers Mars a été lancée. La question posée est essentielle: y a-t-il eu et y a-t-il encore de la vie sur cette planète.

 

-       Et la réponse est….?

…mitigée! S'il y a eu des martiens sur cette planète, ils ont dû faire de grosses bêtises! Il y reste de l'eau, mais il y a également 90% de gaz carbonique. Nous allons creuser pour avec la preuve qu'il existe des matériaux organiques. Mars était sans doute une planète plus fertile, mais elle s'est refroidie. C'est une planète plus petite que la nôtre. Son évolution naturelle l'a auto-détruite.

 

-       Pourtant, on nous parle de plus en plus souvent de la possibilité, pour nous, d'y vivre un jour.

Exactement. Mon épouse, qui est géologue martienne, est elle-même convaincue que nous arriverons un jour à cette option. Notre Terre va un jour ne plus pouvoir accueillir toute la population du monde. Il faudra donc penser à installer des colonies sur d'autres planètes. Installer une bulle sur la Lune serait possible. Mais la différence de pesanteur compliquerait les choses. Pour vivre sur Mars, il faudrait recréer une bulle également, sous laquelle il faudrait installer des cultures, etc. C'est faisable. Mais il faut tenir compte d'une multitude d'éléments. Le voyage, tout d'abord. Selon les conditions actuelles, il durerait trois ans, dans un petit habitacle et dans des conditions très sommaires. Il faudra de sérieuses motivations et de belles qualités humaines pour supporter la cohabitation, puis pour refaire sa vie dans un lieu où tout est à construire.

 

 (Martine Bernier - juin 2007 - journal de l'Entraide Familiale Vaudoise)

Des visites de Space-X sont organisées à l’intention des classes. www.space-x-ch

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site